Sélectionner une page

Méga-forts, méga-politiques, méga-merveilleux, voici la liste des meilleurs albums de 2017.

Nick Murphy, Missing Link

10/ Nick Murphy – Missing Link EP

Label | Interscope – Genre | R’N’B / Trip Hop

Adieu Chet Faker, bonjour Nick Murphy ! Une telle mue pouvait annoncer un album de qualité variable… Mais heureusement, non. Car Missing Link est un EP majestueux, étincelant, qui a le mérite de remettre le producteur Kaytranada sur le devant de la scène après un très bel album, 99,9%. A l’écoute de la première chanson Your Time, on se rend bien compte que ce EP a quelque chose dans le ventre : dès les premières notes, on sent qu’une force inconnue nous happe. Durant toute la durée de Missing Link, on a le droit au parfait mariage de la basse et de la batterie avec de l’électro de qualité. Malgré une production sans défauts, l’album est sombre, parfois inquiétant, prenant et dérangeant. Des notes stridentes laissent apparaître la voix moelleuse et profonde de Chet Faker qui n’a jamais aussi bien chanté que sur ce disque. Le pays des kangourous s’avère être lui aussi un vivier de talents au même niveau que ses voisins anglais ou américains…

Enregistrer

Father John Misty - Pure Comedy

9/ Father John Misty – Pure Comedy

Label | Bella Union / Sub Pop – Genre | Indie Rock

Pure Comedy est la preuve que l’on peut passer le cap du troisième album sans trop de difficultés. On peut dire que pour Father John Misty, cela ne représente pas un gros challenge, pour cause de talent immense évident. Josh Tillman de son vrai nom, décide de quitter Fleet Foxes et se consacre donc à la production d’un troisième opus. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Tillman arrive encore à se surpasser par rapport à ses albums passés. Pure Comedy marie à merveille la pop la plus pure, inspirée d’Elton John ou de Billy Joel, avec des touches féeriques légères d’électro, de folk et d’un peu de rock. L’ensemble se révèle parfaitement équilibré, cohérent, doux et parfois amer, comme un beau songe qui glisse tout doucement vers une mélancolie qui finit par vous envahir. D’une beauté foudroyante, Pure Comedy nous transporte dans un univers merveilleux où l’on voudrait rester pour toujours.

Enregistrer

Charli XCX - Number 1 Angel

8/ Charli XCX – Number 1 Angel (mixtape)

Label | Asylum  – Genre | Electro Pop

S’ennuyant entre les tournées et les interviews, Charli XCX, nouvelle coqueluche des ados, décide de faire un melting-pot de chansons qu’elle a réalisé avant son troisième album. Surprise, cette mixtape est décidément meilleure que l’album en question, et répond au doux nom de Number 1 Angel. Si l’on s’intéresse à Charli XCX, c’est parce qu’elle n’est pas une énième petite pousse fragile à la Ariana Grande ou une lionne vengeresse bitchy à la Nicki Minaj. L’artiste anglaise d’origine indienne se permet de mettre un peu d’intelligence et de qualité dans ses productions musicales, quitte à dérouter ses fans de la première heure. Une sorte de pop classe pour ados, sans le sempiternel refrain débile qui reste dans la tête… Alignant les guests pointus (MØ, Uffie, ABRA), Number 1 Angel est un délicieux entremets dans la discographie de la chanteuse. Malgré le sujet de la rupture amoureuse, l’album est joyeux et dansant. Parfait pour une boom entre teenagers.

Steven Wilson To The Bone

7/ Drake – More Life

Label | OVO Sounds / Cash Money / Young Money / Republic  – Genre | R’n’B

Ne vous laissez pas bluffer par l’air bouffon du père de Drake sur la pochette : More Life est un excellent album de plus dans la discographie déjà bien remplie du chanteur originaire de Toronto. Après un Views ayant laissé KO tout le monde l’année passée, Drake revient vers des sonorités plus funky et soul au détour d’un freestyle ou d’une basse profonde. Toutefois, les obsessions afro-trap, dancehall et house de l’artiste ne disparaissent pas complètement. On retiendra le splendide Passionfruit, le dansant Get It Together, que n’aurait pas renié Laurent Garnier, ou encore le magnifique 4422 en featuring avec le petit prodige Sampha. Un album très chargé en guest, très long (22 chansons !), déroulant l’impressionnante galerie de talents que Drake a déniché et réuni dans une fête perpétuelle où chacun excelle dans ses compositions.

Enregistrer

6/ Steven Wilson – To The Bone

Label | Caroline International  – Genre | Pop

Assez de noirceur dans une actualité 2017 bien chargée en désastres politiques ! Steven Wilson propose pour les esprits chagrins une pop progressive à forte influence 80’s que n’aurait pas renié Tears for Fears ou Genesis. Le musicien britannique, malgré la bombe Brexit, ne se laisse pas impressionner et continuer de toucher un public de plus en plus réceptif à sa musique d’inspiration King Crimson ou Pink Floyd. Pourtant, malgré une carrière riche de 25 années d’expérimentations et d’albums prestigieux, Steven Wilson mériterait une meilleure reconnaissance. Car To The Bone est un spectaculaire feu d’artifice de maîtrise et de spleen typiquement british dont on peut difficilement se débarrasser. Mention spéciale à l’élégiaque To The Bone, le tragique Blank Tapes avec Ninet Tayeb, ou bien le noir Song of I en duo avec Sophie Hunger. Résolument pop mais flirtant parfois avec le trip-hop de Bristol ou la britpop des années 90, To The Bone est un album à écouter d’urgence.

Enregistrer

5/ St Vincent MASSEDUCTION

Label | Loma Vista  – Genre | New Wave / Pop / Electro

Qui avait dit qu’il n’était pas possible de faire une album joyeux, dansant et grinçant ? Et bien voilà que St Vincent répond à la question avec le canon chargé Masseduction, rempli à ras bords de références new wave avec un soupçon de Garbage, où St Vincent flirte parfois avec Shirley Mason mais sans les yeux verts. Au détour d’un son sexy (Masseduction, Savior) on retrouve le single détonnant Los Ageless, son beat entêtant que n’aurait pas renié toute popstar débutante, et qui possède un clip très graphique et piquant. La recette du bonheur certainement, et du succès, puisque St Vincent a réussi à truster la 10ème place du Billboard sans trop d’embrouilles, une première pour une artiste longtemps relayée parmi les artistes « bizarres ». Malgré son enrobage pop et brillant, l’artiste déverse des torrents de rage sur des sujets tels que la mort, le sexe, le pouvoir, les drogues dures ou encore la solitude. Une masse-séduction qui a réussi à toucher en plein coeur mais dont les explosions colorées laissent longtemps sur le poitrail.

Enregistrer

4/ Tyler, The Creator – Flower Boy

Label | Columbia – Genre | Hip-hop / Rap

Est-ce que Tyler a décidé de devenir le Kanye West de son époque ? Avec une carrière commencée à à peine 20 ans, Tyler est déjà adoubé par la quasi-majorité des critiques pour ses compositions exigeantes, la découverte de Frank Ocean, ses featurings impressionnants tels que Pharrell Williams ou Eryka Badu. Le tout sur une durée de sept ans… une éternité dans le monde actuel de la musique ! On a failli frôler la crise de foi(e) avec l’étrange Cherry Bomb, mais Flower Boy est bien la « renaissance » du jeune rappeur. On y retrouve avec joie ses obsessions pour les sonorités soul, les tonalités mélancoliques et enragées, parfois haineuses, qui s’apaisent avec un chant d’inspiration gospel salutaire (le foudroyant Foreword, en duo avec Rex Orange County), ou bien du R’n’B (Where This Flower Blooms avec Frank Ocean). Cependant, la boule d’énergie Tyler semble s’être un peu calmée et enrobe d’une légère couche de miel rassurante ses chansons sans oublier son flow dévastateur admiré par ses pairs. On retient également la présence de voix féminines comme Kali Uchis et Anna of The North qui viennent ajouter un peu d’humanité dans un monde grisâtre.

Enregistrer

3/ Gorillaz – Humanz

Label | Parlophone  – Genre | R’n’B / Electro / Hip hop

On n’y croyait plus et comme d’habitude, Gorillaz, le groupe simiesque de Damon Albarn a encore surpris. Sorti en éclat d’obus en mai, Humanz est le cinquième album du groupe entre deux remix, mixtapes ou semi-albums (The Fall). Une cinquième rocher à ajouter à leur château flottant tantôt studio d’enregistrement à la Shining, bunker allemand, île de plastique flottante, ou encore maison hantée. Cette volonté de se transformer, de muer, de tout changer, au risque de dérouter, a toujours été la priorité du groupe. Même si Humanz n’atteint pas les sommets de Demon Days, ni la coolitude du premier opus, il préfère continuer sur la voie d’un hip-hop éclectique avec une masse d’invités nouveaux ou anciens (Vince Staples, Kelela, Popcaan, Grace Jones ou Jean-Michel Jarre). On regrette toutefois la présence fantomatique de Damon Albarn, plus spectateur que chef d’orchestre, moins présent que sur les autres albums. On retient toutefois le très beau Ascension, le tordu Saturnz Barz et son Autotune tournée en dérision, le disco Strobelite. Prière de choisir la version Deluxe de l’album, et son superbe the Apprentice en duo avec Rag’n’Bone Man.

Enregistrer

2/ Liam Gallagher – As You Were

Label | Warner Bros.  – Genre | Britpop

On croyait la Britpop morte, juste bonne à vendre une pelletée de groupes jetables et des polos moches… Finalement, Liam Gallagher tente de nous montrer qu’il n’est pas encore mort. Après une passade honteuse avec le groupe tiédasse Beady Eye, Liam a pris les devants et s’entoure de producteurs anglais prestigieux tels que Greg Kurstin, à qui on doit Hello d’Adele, Beck, Sia (rien que ça). La fin fracassante d’Oasis n’aura pas eu raison du frère maudit de Noel, et c’est avec sa plus belle voix et sa plus belle guitare qu’il nous livre As You Were, son tout premier album solo, après bien plus de 25 ans de carrière…! A peine sorti, l’album est déjà disque d’or la première semaine, est resté n°1 plusieurs jours, et est devenu le neuvième album le plus rapidement vendu de toute l’histoire de l’Angleterre. Un sacré exploit. Alors que vaut l’album dans tout ça? De la pure Britpop, raccrochée sans cesse aux charmes Oasis, sans défauts, le parfait raccord entre les années 90 et les années 60 (noyau dur du style Gallagher), et qui contentera le fan hardcore. Une réussite totale.

Enregistrer

1/ Sampha – Process

Label | Young Turks – Genre | Electro / R’n’B

Il y a très longtemps, un petit garçon biberonné à Tracy Chapman, se jure qu’il chantera le plus R’n’B le plus beau qui soit. Pari tenu avec Process, certainement l’un des plus beaux albums de R’n’B de ces dix dernières années. Profondément humain, élégiaque, céleste et tragique, Process est d’abord l’histoire du deuil impossible de la mère de Sampha Sisay. Dans une atmosphère proche du ciel, l’ange Sampha cultive un chant mélodieux, grave et puissant mêlé à des sonorités électroniques aigues et claires, plutôt inhabituelles dans ce genre de musique. L’ensemble n’en est que plus mystérieux, et prenant. Car Process est hypnotique dans sa structure, aérien, insaisissable. Sampha se permet même une ballade de piano qui aurait pu paraître illogique et futile, mais qui s’avère être ici parfaitement ancré dans l’univers éthéré de l’album. Un opus renversant, délicat, fort, à ne surtout pas manquer. Le plus beau rayon lumineux de 2017.

Enregistrer

Et plus si affinités ….

Rone - Mirapolis - Alworld.fr

Rone – Mirapolis

Label | In Finé – Genre | Electro / Dance

Mirapolis fait partir du cercle très fermé des opus stellaires rappelant les douces sensations du monde. D’une beauté céleste, toujours en lévitation, l’album nous fait naviguer dans un sillage cosmique apaisant et planant, où, au détour d’une galaxie, nous apercevons le miroir déformant de la réalité, et un spleen qui nous frappe en plein coeur. On pense au merveilleux Lou, rappelant les nappes sonores du groupe Air, ou encore le geek Faster en duo avec Saul Williams, ou bien le précieux Brest. Véritable alchimiste musical, Rone découpe, dissèque, filtre, mesure chaque son susceptible de mettre au point la composition parfaite. Un album d’une rare splendeur, véritable étoile électro de 2017.

Enregistrer

Pin It on Pinterest